Un troisième feu pour les CC72000 Hornby-Jouef

A fin 2011, Hornby-Jouef nous a gâtés avec la réédition, de ses 72000 déclinées en différentes versions. Même si certains ont décrié cette fabrication entachée de défauts majeurs, comme le léger cintrage de la caisse en forme de banane, pour moins de 140 Euros, ce problème peut-être considéré comme mineur et certainement pas rédhibitoire.

La mécanique de l'engin, classique est efficace, Supporte la comparaison avec d'autres modeles plus onereux, de même que le détaillage, la gravure et le pelliculage. La platine électronique reçoit un décodeur exclusivement à 21 broches, ce qui semble être la tendance actuelle. Dommage que des configurations pour décodeurs à 8 et 21 broches, comme celle rencontrée dans la 140C Lilliput, ne se soient pas généralisées.

Il reste quelques imperfections au niveau du montage fait en Chine. Personnellement, sur une CC 1 72058 "En Voyage" (et non 17060 comme indiqué sur la boîte), j'ai découvert qu'une des 2 vis auto-foreuses de fixation du fond de boggie a été visiblement montée de travers, ce qui a entraîné la détérioration du pseudo filetage fait dans le zamac. En toute logique, cette pièce aurait dû être remplacée, mais lemonteurs ont trouvé bien plus rapide : une goutte de cyanoacrylate pour bloquer la vis et hop, le tour est joué, ni vu ni connu !
Curieuse logique industrielle, mais le plus ennuyeux, c'est que pour accéder aux contacts de roues, la dépose de la vis en question s'est avérée très difficile.
Hors de question de remonter cette vis de la même manière, ce qui m'a conduit à tarauder à 2 mm le trou existant dans le corps du boggie pour y mettre une vraie vis à métaux.
Encore une fois, le zéro défaut est inexistant, et ce modele possede un bon rapport qualité prix.


Le principal défaut à mes yeux, est l'absence d'éclairage du 3ème feu (au-dessus du pare-brise). J'ai donc décidé d'y remédier.

L'éclairage avant/arrière est fourni par des LEDs CMS rouges et blanches disposées sur 2 petites platines, situées aux extrémités du châssis et reliées au circuit imprimé principal, par de petits fils souples. À noter la bonne température de couleur des LEDs blanches "à ton chaud" (3500 °K), ce qui est un progrès notable par rapport aux autres fabrications du même genre beaucoup trop "froides" et donc bleutées.

Ajouter un 3ème feu implique le recours à des LEDs aux caractéristiques identiques à celles équipant la machine. Il est impensable d'avoir une différence de couleur et d'intensité entre les feux blancs et le troisième feu.

J'ai un peu cherché dans mon stock de composants des LEDs qui correspondraient exactement, et j'ai trouvé deux modèles qui donnent les résultats attendus.*

Première étape : démontage de la caisse et dépose des deux ensembles cabine/vitrage/feux. L'ensemble est encliqueté et posé sans colle.

Les vitres latérales des cabines verrouillent tout le bloc dans la caisse. Moulées sur des bras flexibles, elles forment une sorte de ressort qui les plaquent dans les logements des vitres latérales de la caisse.

Vitrage CC72000 HJ

Dans un premier temps, appuyer de 1 à 2 millimètres de l'extérieur vers l'intérieur sur les vitres latérales en evitant de rayer les vitres (j'utilise des baguettes à brochettes en bois). Les flèches indiquent le sens où appuyer.

Vitrage CC72000 HJ

Dans le même temps, exercer une légère pression de l'ensemble du bloc vers le centre de la caisse. Quant tout le bloc composé de quatre éléments est déposé, il est préférable de le désolidariser afin de s'occuper uniquement de la partie vitrage/conduit de lumière supérieur. Ceci étant, il est possible de travailler sur l'ensemble au complet.
Ces opérations sont délicates. Il faut s'armer de patience et agir avec douceur afin ne rien abîmer au démontage. Heureusement, le remontage se fait très facilement car les quatre éléments du bloc se repositionnent d'un seul coup.

Deux options se présentent alors :
- utiliser le conduit à lumière existant et loger à l'arrière de celui-ci une micro LED CMS identique à celles qui équipent la machine,
- remplacer le conduit à lumière existant par une LED à canon transparent de 2 mm de diamètre.

Ces deux modèles de LEDs étant disponibles dans le commerce *, c'est plutôt la difficulté de soudure de la LED CMS qui fait la différence.

Pour ceux qui veulent se lancer dans l'option LED CMS, l'idée est de pouvoir introduire la LED dans le logement situé à l'arrière du conduit de lumière. L'espace étant etroit, choisir un modèle au format 603 (dimensions 2x1x1mm). Souder deux petits fils rigides monobrin de 10 cm de long perpendiculairement sur les 2 pattes de la LED CMS.

Soudure LED CMS

La principale contrainte est de souder assez vite avec un micro fer afin d'eviter de détruire la LED. Le composant CMS n'est pas posé sur un circuit imprimé. Rien ne peut dissiper la chaleur émise lors de la soudure. Positionner la LED CMS pendant l'opération de soudure en la collant sur un morceau d'adhésif double face afin qu'elle reste en place.

Bien contrôler les soudures et faire un branchement test provisoire sous 12 volts environ au travers d'une résistance de 1500 Ohms, par exemple pour vérifier que la LED fonctionne.

Si les soudures sont suffisement fines, il est possible d'introduire la LED à l'arrière du conduit de lumière, afin de tester le résultat. Quand la LED est correctement positionnée, les fils monobrin sont maintenus en place sur le dessus du vitrage par un petit morceau d'adhésif.

LED CMS montée sur vitrage

Bloquer la LED en place à l'aide d'une goutte de colle thermo-fusible de préférence à la cyanoacrylate, ce qui permet un remplacement futur éventuel.

Dans cette configuration, le conduit lumière faisant partie du vitrage de cabine, tenir compte que la LED éclaire aussi la cabine, ce qui est assez agréable à l'œil. Certains jugeront que c'est mieux, d'autres considéreront que la cabine doit rester sombre, surtout en roulant.
Dans ce dernier cas, il faudra séparer le conduit de lumière du vitrage proprement dit à l'aide d'un disque à tronçonner à très petite vitesse, et intercaler un petit morceau de Canson noir pour éviter la dispersion de la lumière vers la cabine.

Si c'est la deuxième option qui est retenue, c'est beaucoup plus simple puisqu'il suffit de détacher puis d'araser le conduit lumière et de le remplacer par la LED à canon transparent.

LED à canon transparent

On y soudera ensuite les deux petits fils (souple ou monobrin, peu importe). Comme dans l'option précédente, là encore, la vérification du fonctionnement de la LED devra être faite avant montage définitif.

Le perçage du 3ème feu dans la caisse est d'un diamètre très légèrement supérieur à celui du canon de la LED. Celle-ci sera positionnée exactement (allumée si possible) dans la caisse en vérifiant le centrage à l'œil, puis immobilisée avec une goutte de colle thermo-fusible.

Un petit morceau de Canson noir sera intercalé entre la LED et la cabine à moins d'avoir préalablement " peint " l'ensemble de la LED (sauf l'extrémité) au feutre indélébile noir.

Naturellement, quelle que soit l'option choisie, la même opération est à répéter à chaque extrémité de la caisse.

Branchements électriques

Il serait en théorie possible d'allumer le troisième feu séparément, mais j'ai choisi d'allumer les trois feux en même temps.

Deux branchements sont possibles :
- soit en série avec la LED blanche qui équipe la machine
- soit en parallèle sur les bornes de la LED blanche qui équipe la machine.

Le premier branchement fait baisser l'intensité lumineuse de l'ensemble puisque qu'on intercale un élément supplémentaire dans le circuit électrique existant.
A l'origine, la LED qui équipe la machine est montée en série avec une résistance CMS de 1000 Ohms, installée sur la platine principale. Sans entrer dans des considérations physiques complexes, la loi d'Ohm va néanmoins être mise à contribution.
Les LEDs blanches fonctionnent aux alentours de 3 volts, ce qui sous 12 volts donne un courant de : (12-3)/1000 = 9 mA, valeur très suffisante compte tenu du très bon rendement des LEDs CMS utilisées.
Si on intercale une seconde LED blanche dans le circuit, le courant sera alors de :
(12-3-3)/1000 = 6 mA, soit un éclairement un peu plus faible, mais encore très suffisant.

Pour les puristes, si on voulait conserver le courant de 9 mA avec les deux LEDs en série, il faudrait remplacer la résistance CMS de 1000 Ohms qui équipe la machine à l'origine.
Le calcul de la valeur à remplacer est alors le suivant : (12-3-3)/0,009 = 666,666 ce qui en pratique se traduit par une résistance de 680 Ohms.

Autre variante, souder en parallèle une autre résistance CMS sur la résistance CMS de 1000 Ohms. Le calcul est le suivant : 1/((1/666)-(1/1000)) = 1994 Ohms, soit 2000 Ohms (pas courant comme valeur) et donc plutôt 2200 Ohms.

Si la machine fonctionne en DCC, pas de problème puisque la tension de sortie du décodeur pour les feux se situe aux alentours 18 volts. Presque tous les décodeurs sont prévus pour permettre moyennant le paramétrage des CVs correspondantes, le réglage de la tension de sortie des feux (diming).
A titre d'information, sur des décodeurs Lenz, je règle les CVs 55 et 56 à 64 au lieu de 255 à l'origine, ce qui donne un éclairage très largement suffisant.
Petite précision toutefois : le diming ne change pas la tension de sortie, mais agit sur le rapport cyclique du courant (fréquence fixe, mais modification de la longueur du créneau), ce qui modifie l'efficacité du signal de sortie selon la valeur entrée dans la CV (entre 0 et 255). C'est pour cette raison qu'on trouve des condensateurs sur les platines d'alimentation des LEDs, dont le rôle est de lisser le courant de sortie et pour éviter leur scintillement.

Si c'est le montage en parallèle qui est choisi, pas de question à se poser, mais là encore l'intensité lumineuse des LEDs sera légèrement réduite. Il en résultera une consommation électrique dans le circuit des feux naturellement plus élevée, mais raisonnable.

Personnellement et pour des raisons pratiques, j'ai choisi le montage en série sans rien changer aux valeurs des résistances. Cette solution s'avère plus simple à câbler puisqu'il suffit de dessouder en sortie du circuit imprimé principal, le fil (noir) qui alimente la LED blanche d'origine et d'y souder à la place le fil correspondant à la cathode de la nouvelle LED (pôle négatif). L'anode quant à elle sera reliée au fil qui a été dessoudé. On prendra la précaution d'isoler la soudure sur les fils volants par un petit morceau de gaine thermo-rétractable. Si aucune erreur n'a été faite dans le repérage de l'anode et de la cathode, les deux LEDs blanches s'allument maintenant simultanément. Dans le cas contraire, il suffit d'inverser le branchement de la nouvelle LED.

En toute logique, à cause des quatre fils auxquels il faudra laisser une certaine longueur, la caisse est maintenant reliée au châssis. Si ce point est un handicap, la solution consiste à insérer des petits connecteurs réalisés dans de la barrette sécable, ce qui permet le branchement et le débranchement avec la possibilité de désolidariser totalement la caisse et le châssis.

3 feux pour la CC72000 Hornby-Jouef

Pendant qu'on y est, on en profitera pour prévoir par un petit cavalier au pas de 2,54 ou un petit inter DIL, la neutralisation de l'éclairage côté traction. La solution consiste à faire passer le retour commun (fils rouges pôle positif) au travers de l'interrupteur.

A noter que cette fonction peut également être réalisée par une sortie du décodeur.

Avec quelques composants et un petit morceau de circuit imprimé, il suffira de fabriquer un interrupteur électronique capable de réagir aux informations du décodeur (F2 par exemple). Ceux qui seraient intéressés par cette extension me contacteront par l'intermédiaire du site.

La prochaine fois, on essaye de faire tourner les ventilateurs ?
Pourquoi pas, tout est possible, je vais y réfléchir.


* Chez LED-Megashop
LED CMS boîtier 603. Réf : 115
LED ton chaud à canon long réf : 305 ou mieux 301

* Chez Miniature passion
LED CMS 805 blanche ton chaud
LED 2mm à canon long blanc ton chaud

* Et certainement encore chez d'autres revendeurs…

©CFN - texte et photos Jean-Marie GILLES


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide ! [Valid RSS]    Copyright 2007-2017 © CFN - 44 rue des jardiniers - 54000 NANCY.