Communication GSM-R et Wifi à grande vitesse : 500Km/h

TGV V150

08-01-2010 : Le WiFi généralisé dans les TGV Est avant la fin de l'année.
13-10-2008 : Wi-Fi dans le TGV Est : Bolloré s'associe à la SNCF.
27-03-2008 : Le TGV Est adopte le Wi-Fi.
26-06-2007 : TGV Est : GSM et Wi-Fi à très haute vitesse.



Le WiFi généralisé dans les TGV Est avant la fin de l'année

Après deux ans de développement, il sera possible pour les voyageurs de cette ligne de surfer sans fil à plus de 300 km/h.

Après le Thalys, c'est au tour du réseau TGV Est de la SNCF de s'ouvrir au WiFi. Selon Guillaume Pépy, p-dg du transporteur, un accès haut débit sans fil sera généralisé sur cette ligne d'ici la fin de l'année. 15 rames sur 52 seront équipées d'ici le mois de juin.

Outre un accès à Internet permanent même à grande vitesse, les voyageurs auront accès à un portail de contenus et à des services mis à jour en temps réel. On ne connaît pas encore le modèle économique qui sera mis en place : paiement à l'acte, abonnements etc... Fin 2008, la SNCF évoquait un tarif de 5 euros de l'heure.

Liaison satellite
Le lancement du WiFi sur cette ligne sera l'occasion pour la SNCF de vérifier l'appétence commerciale pour ce service qui pourrait à terme être généralisé sur toutes les lignes TGV du pays.

Techniquement, le système sera à peu près le même que celui utilisé sur Thalys avec une liaison satellite montante et descendante, un lien sol-bord, et un complément de réseaux terrestres sans fil (GPRS, 3G, WiFi).

Concrètement, est mis en place une connexion bidirectionnelle qui fonctionne grâce à une antenne parabolique installée sur le toit des trains, qui suit le satellite. Lorsque la liaison est indisponible, par exemple sous un tunnel, le système bascule vers le WiFi et la 3G, via un mobile acess routeur du serveur central placé dans chaque train. Objectif : assurer une connexion continue.

Le projet associe la SNCF, Orange Business Services, Nortel, Capgemini, Eutelsat et Alsthom pour la partie technique et une joint venture associant la SNCF et le groupe Bolloré pour les services. Son coût : 20 millions d'euros.

Il aura fallu tout de même près de trois ans de développement pour que le WiFi devienne une réalité sur le TGV Est. Les premiers tests de cette infrastructure ont été réalisés en décembre 2007 alors que la ligne reliant Paris à Strasbourg en 2h20 a été ouverte en juin 2007.

Toujours dans le domaine de la communication, la SNCF a annoncé que l'application SNCF Direct sur iPhone sera étendu à Windows Mobile, Androïd et Blackberry cette année.

Source : business-mobile.fr, article par Olivier Chicheportiche




Wi-Fi dans le TGV Est : Bolloré s'associe à la SNCF

Une coentreprise entre les deux groupes a été créée

Le haut débit sans fil à bord des TGV Est se précise. Dévoilé en mars dernier et attendu pour 2009, ce nouveau service permettra aux habitués de cette ligne qui relie Strasbourg à Paris de profiter des joies du Web par le biais d'un accès satellite et Wi-Fi accessible depuis les voitures.

On savait déjà que le projet associait la SNCF, Orange Business Services, Nortel, Capgemini, Eutelsat et Alsthom. Aujourd'hui, les Echos nous apprennent que la société nationale de chemins de fer a créé avec Bolloré une coentreprise au capital de 10 millions d'euros.

Objectif de cette joint-venture contrôlée à 51% par la SNCF : mettre au point et diffuser le portail de services qui sera accessible sur les PC portables des voyageurs. Les deux partenaires visent un chiffre d'affaires annuel de 11 millions d'euros.

Ce portail contiendra des contenus issus des filiales de Bolloré comme la chaîne de TV Direct 8. Le groupe de communications fournira également son expertise dans la multimédia via Havas et dans le Wi-Fi via WiFirst.

Selon les premières informations disponibles, ce réseau permettra aux usagers de surfer le Web à une vitesse de 2 Mbps en téléchargement et 512 Kbps en upload. Ce service a coûté près de 20 millions d'euros à la SNCF.

Précisons que si certains contenus en ligne seront gratuits, la connexion Internet sera payante. La SNCF évoque la somme de 5 euros par heure...

Enfin, rappelons que le haut débit a également fait son apparition dans les rames du Thalys.

Le prix de la connexion sera compris dans les billets de première classe. Les voyageurs en seconde, eux, payeront 6,50 euros pour une heure et 13 euros pour tous le voyage. Pas donné... Le paiement est possible en ligne, ou avec une carte prépayée, disponible au bar. Et tous accéderont à Internet via le portail Thalysnet, dont l’accès est gratuit.

Aujourd’hui, déjà, le quart du parc des trains est équipé. Et les réactions des clients, qui pour près de la moitié, voyagent pour affaires, ont convaincu la compagnie d’étendre le service à la totalité des voitures.

Pour ce faire, Thalys a choisi de déléguer la totalité de la gestion de la prestation, dans le cadre d’un contrat pluri-annuel. Et, après appel d’offres, c’est un consortium qui a été chargé de trouver une réponse à la complexité posée par la très haute vitesse du train (jusqu’à 300 km/h) et par un parcours qui traverse quatre pays. Ce groupement d’entreprises compte Nokia Siemens Networks, fournisseur de solutions d’infrastructures de réseaux, 21Net, opérateur qui travaille déjà avec la SNCF et Telenet, fournisseur d’accès spécialisé dans le domaine des médias et des services de communications.
Le consortium gère la totalité du projet, de sa conception, à la mise en place des infrastructures dans les trains, et à son exploitation commerciale et technique, maintenance comprise.

Le satellite : un must

"Internet est déjà une réalité dans les trains à vitesse classique, au Canada, en Suède et au Japon. Mais, à 300 km/h, il n’existe pas d’autres solutions que le satellite. C’est d’ailleurs ce qui a été mis en place pour le TGV Est" note Jean Michel Dancoisne DG de Thalys, filiale de la SNCF, qui exploite ces lignes. Et c’est effectivement la solution qu’a retenue le consortium.

Il s’agit d’une connexion bidirectionnelle qui fonctionne grâce à une antenne parabolique installée sur le toit des trains, qui suit le satellite Hispasat 1D, situé à 36.000 Km au dessus de l’océan. Lorsque la liaison est indisponible, par exemple sous un tunnel, le système bascule vers le Wi-Fi et l’UMTS, via un mobile acess routeur du serveur central placé dans chaque train. Objectif : assurer une connexion continue.

Source : Silicon.fr, 13/10/2008




Le TGV Est adopte le Wi-Fi

Une information qui décoiffe !

Les usagers vont bientôt pouvoir surfer en Wi-Fi dans le TGV entre Paris et Strasbourg, le tout à plus de 300 km/h.

Mais il faudra patienter un peu. Annoncé pour 2009, ce réseau permettra aux habitués de cette ligne qui permet de relier Strasbourg à Paris de profiter des joies du Web par le biais d'un accès Wi-Fi gratuit accessible depuis les voitures.

Le projet de la SNCF est ambitieux. Il a réellement commencé en 2003. Rappelons que les premiers tests de cette infrastructure ont été réalisés en décembre 2007 et que la ligne reliant Paris à Strasbourg en 2h20 a été ouverte en juin 2007.

Dès juin 2007, la SNCF annonçait que les limites de la technologie GSM venaient d'être repoussées sur la ligne à grande vitesse (LGV) Est européen, ouverte le 10 juin 2007.

Dans son communiqué, la SNCF annonçait alors : "Le Réseau Ferré de France (RFF) qui a construit la LGV Est européenne, la SNCF qui exploite la ligne et Nortel fournisseur d'équipements de télécommunication GSM-R ont réussi à établir et à maintenir une communication GSM-R (Global system for mobiles - Railway) à plus de 500km/h."

Selon les premières informations disponibles, ce réseau Wi-Fi sera gratuit et permettra aux usagers de surfer le Web à une vitesse de 2Mbps en téléchargement et 512Kbps en upload. Ce service a coûté près de 20 millions d'euros à la SNCF.

Précisons que si pour l'instant la connexion est gratuite elle va rapidement devenir payante. La SNCF évoque la somme de 5 euros par heure...

À bord, la connexion Internet est assurée par satellite et des relais Wi-Fi installés au sol permettent d'assurer la couverture des rails, des stations et des trains en Wi-Fi.

À terme, les connexions sont prévues dans les trains de l'est de la France, en Allemagne, en Suisse et au Luxembourg, précise un porte-parole de la compagnie ferroviaire française SNCF.

Source : Silicon.fr, Article de Arnaud Dimberton 27/03/2008




TGV Est : GSM et Wi-Fi à très haute vitesse

La communication dans les TGV progresse à vive allure ! Une communication mobile ferroviaire à plus de 500km/h est officialisée par la SNCF tandis que le déploiement du Wi-Fi dans les rames revient à l'ordre du jour

Ca décoiffe ! Les limites de la technologie GSM viennent d'être repoussées sur la ligne à grande vitesse (LGV) Est européenne, ouverte le 10 juin 2007.

Le Réseau Ferré de France (RFF) qui a construit la LGV Est européenne, la SNCF qui exploite la ligne et Nortel fournisseur d'équipements de télécommunication GSM-R ont réussi à établir et à maintenir une communication GSM-R (Global system for mobiles - Railway) à plus de 500km/h.

Rappelons que le GSM-R est le standard international de communication mobile pour les chemins de fer. Ce standard est le fruit de dix années de collaboration entre toutes les compagnies ferroviaires européennes.

Il permet l'interopérabilité par l'utilisation d'une plate-forme de communication unique.

Précisons pour les technophiles que le GSM-R utilise une bande de fréquence dédiée de 876,2 MHz à 915 MHz : pour l'émission de données et 921,2 MHz à 960 MHz pour la réception.

Le GSM-R permet notamment à l'équipage de communiquer et il est également utilisé pour établir un dialogue avec les autres trains.

En s'appuyant sur le réseau c?ur et l'infrastructure radio déployée le long de la voie ferrée, un dispositif a enregistré les mesures à bord de la rame d'essai.

L'analyse de ces mesures et l'optimisation du système GSM-R déployée par RFF dans l'Est de la France ont montré la qualité des transmissions à plus de 500 km/h lors des essais pour la tentative réussie de record du monde.

Grâce à ce retour d'expérience unique, de nouveaux algorithmes ont pu être conçus en GSM-R et pour les réseaux publics, ouvrant de nouvelles perspectives pour les technologies de transmissions de voix et de données (GPRS et EDGE).

"Au-delà de la prouesse technique que représente le maintien d'une communication à une telle vitesse, ce projet de recherche a permis de mettre au point des améliorations applicables aux communications à des vitesses plus habituelles" se félicite Graham Richardson, vp GSM, Nortel.

Le concept de 'TGV Wi-Fi' fait son grand retour

Après un échec en 2003, la branche Voyageurs France Europe de la SNCF, va relancer à l'automne, un projet de portail multimédia combinant des réseaux Wi-Fi et satellite à bord des trains.

Pour mener à bien cette expérimentation, la SNCF va faire appel à de grands groupes industriels comme, Orange Business Services, Alstom, Capgemini ou bien encore Eutelsat.

À terme, les lignes du TGV Est européen seront les premières à tester ce portail. Les voyageurs pourront donc surfer en Wi-Fi à plus de 300 km/h ! D'après Vnunet, la connexion sera gratuite pendant toute la période de validation du projet.

Si l'expérience est concluante un déploiement commercial est prévu pour la mi-2008.

Reste qu'il faudra régler les problèmes d'instabilité du signal qui à grande vitesse sont patents.

Source : Silicon.fr, Article de Arnaud Dimberton 26/06/2007


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide ! [Valid RSS]    Copyright 2007-2017 © CFN - 44 rue des jardiniers - 54000 NANCY.